PROMENADE DE PICASSO
Sur une assiette bien ronde en porcelaine réelle
une pomme pose
face à face avec elle
un peintre de la réalité
essaie vainement de peindre
la pomme telle qu'elle est
mais
elle ne se laisse pas faire
la pomme
elle a son mot à dire
et plusieurs tours dans son sac de pomme
 la pomme
 et la voilà qui tourne
dans son assiette réelle
 sournoisement sur elle-même
doucement sans bouger
et comme un Duc de Guise qui se déguise en bec de gaz
Parce qu'on veut malgré lui lui tirer le portrait
la pomme se déguise en beau fruit déguisé
et c'est alors
que la peintre de la réalité
commence à réaliser
que toutes les apparences de la pomme 
sont contre lui
et comme le malheureux d'indigent
comme le pauvre nécessiteux qui se trouve soudain 
à la merci de n'importe quelle association bienfaisante 
et charitable et redoutable de bienfaisance de charité et de redoutabilité
le malheureux peintre de la réalité
se trouve soudain alors être la triste proie
d'une innombrable foule d'associations d'idées

Et la pomme en tournant évoque le pommier
le Paradis terrestre et Eve et puis Adam
l'arrosoir l'espalier Parmentier l'escalier
le Canada les Hespérides la Normandie la Reinette
et l'Api
le serpent du Jeu de Paume le serment du Jus de Pomme
et le péché originel
et les origines de l'Art
et la Suisse avec Guillaume Tell
et même Isaac Newton
plusieurs fois primé à l'Exposition
de la Gravitation Universelle

et le peintre étourdi perd de vue son modèle et s'endort

C'est alors que Picasso
qui passait par là comme il passe partout
chaque jour comme chez lui
voit la pomme et l'assiette et le peintre endormi

Quelle idée de peindre une pomme
dit Picasso
et Picasso mange la pomme
et la pomme lui dit Merci
et Picasso casse l'assiette
et s'en va en souriant

et le peintre arraché à ses songes
comme une dent
se retrouve tout seul devant sa toile inachevée
avec au beau milieu de sa vaisselle brisée
les terrifants pépins de la réalité

© Jacques Prévert
PICASSO GOES BY
On a real round china plate
there sits an apple
and facing it
a painter of the real.
He tries to catch
the fruit as such.
But...
The apple does not think much
of this attempt,
it has its word to say, its life to live,
tricks up its sleeve.
The apple turns and twists
upon its dish,
turning upon itself,
gently elusive.

Like Wellington disguised as an old boot,
evading the artist and his portrait,
the apple disguises itself as a disguised fruit.

And then straight
the painter of real life
begins to realise
that all the appearances of the apple are contra
and...
like the poor beggar,
the man who finds himself at the mercy 
of any well meaning, awe inspiring, charitable society 
of do gooders, awe and charity,
the unhappy painter of reality
is suddenly the sad prey
of swarming ideas:

The spinning apple evokes the trees
and fruit of Paradise,
Coxes and Pippins
Adam and Eve,
Serpents and Sin,
The Damned the Saved.
and Art and Origins
William Tell's s Newton
And even Isaac Newton,
several times first at the Exhibition
of Universal Gravitation

The apple fades and so
The painter falls asleep....

And it was then Picasso
Passing by taking the air,
As is his wont no matter where,
Saw apple, plate and sleeping man.

"What an idea! As if one can
Paint things", he said,
and sank his teeth instead
in the complaisant fruit
and smashed the plate to bits
and smiling went his way.

The painter sat, wrenched from his dreams 
like a great tooth
before his empty canvas, dazed,
amid the jagged shards and scary seeds of truth.


 © S N Solomons  2006


audio - MP3

Return to Settings of poetry and translations by SN and EM Solomons
Return to Settings of Prévert's Poetry