LES HORLOGES THE CLOCKS
Émile Verhaeren trans. Stan Solomons
La nuit, dans le silence en noir de nos demeures,
Béquilles et bâtons, qui se cognent, là-bas;
Montant et dévalant les escaliers des heures,
Les horloges, avec leurs pas;

Emaux naïfs derrière un verre, emblèmes
Et fleurs d'antan, chiffres maigres et vieux;
Lunes des corridors, vides et blêmes,
Les horloges, avec leurs yeux;

Sons morts, notes de plomb, marteaux et limes,
Boutique en bois de mots sournois
et le babil des secondes minimes,
Les horloges, avec leurs voix;

Gaines de chêne et bornes d'ombre,
Cercueils scellés dans le mur froid,
Vieux os du temps que grignote le nombre,
Les horloges et leur effroi;

Les horloges
Volontaires et vigilantes,
Pareilles aux vieilles servantes
Boîtant de leurs sabots ou glissant sur leurs bas,
Les horloges que j'interroge
Serrent ma peur en leur compas.
In the dark silence of the home
Crutches and walking sticks
Go up and down the stairs of time.
The clocks.

Enamelled flowers, old devices,
Numerals old and lean
On looming lunar faces
May be seen.

Hammer and ratchet, leaden chime
And crafty wooden words.
The conversation of the time
May be heard.

Dark time posts in the hall,
Coffins sealed in the wall,
Bones of old time,
devoured by the hours,

The clocks,
Willing and vigilant,
Like ancient servants,
limp in their clogs
Along the years,
And punctuate my fears.


Trans. Copyright © Stan Solomons 2006


audio - MP3

Return to Settings of poetry and translations by SN and EM Solomons
Return to Settings of poetry by Verhaeren